Permis Moto #8

Crédit image : Freepik
Boooorn to be Wiiiiiild 🎶 La quille ! 

Cours de circu 🏍

Le plateau en poche, me voilà super boostée pour décrocher la suite !
Terminé, les trois heures en plein soleil à zigzaguer entre des plots, place à la route ! On va manger des feux, des stop, des cédez-le-passage et des virages ! 🕺

Après « C’est la moto qui tourne pas » place à « C’est la moto qui penche pas » ! 🤦😂

Je reprends la bécane avec deux autres camarades de permis pour qui c’est le début des cours de circu, tant mieux, on va réviser les bases et y aller mollo. Je suis comme une petit folle en arrivant, malgré la boule au ventre habituelle, en sachant que je vais désormais me diriger uniquement vers les motos de route et enfiler mon gilet jaune.

J’enclenche le talkie à fond, toujours aussi inquiète de ne pas comprendre les indications, et c’est parti !

Bon, eh bien, grand mal m’en prend de me sentir bien à l’aise à faire de la ville (oui j’aime manger du rond-point), puisque le mono, un peu joueur, nous tend un petit piège… Tant qu’il ne dit rien, on suit la route principale, ce qui veut généralement dire tout droit. Sans réfléchir, je suis mon collègue qui roule en tête, ne prête pas attention à la signalisation – certes un peu furtive – et j’entends l’oreillette grésiller…

« ok demi-tour, bien joué, c’était un sens interdit » 😱

Qui sont les deux idiots qui n’ont pas fait gaffe au panneau interdit sauf riverains ? C’est nouuuuuus 👏
Une bonne leçon pour nous apprendre à bien ouvrir les yeux !

*

Au cours suivant, je retrouve mon camarade de sens interdit, on ne manque pas de rigoler en se souvenant de notre bourde. « nan mais ils nous a piégé ça se voyait pas bien – C’est sûr oui oui », la mauvaise fois bonjour 😅

Bon… D’autres nous ont dit qu’ils sont aussi tombés dans le panneau, je pense que c’est un chemin prisé pour apprendre aux bébés motards à ouvrir les yeux 🤓

Comme nous ne sommes que deux, nous partirons avec les filles du stage. Cette fois, direction les petites routes de campagne. Eh bien elle ne traînent pas les drôles de dames ! Moi, qui ne suis pas encore super à l’aise dans les virages, je me fais rapidement distancer. Je me retrouve à la traîne, passe la session complète à la dernière place du peloton… Quelle frustration 😤 Et plus je m’énerve, moins ça marche, bien entendu ! Malgré les conseils et remarques d’Alex dans l’oreillette :

« Allez Cali, met un coup de gaz, c’est tout droit là »
Oui mais au bout ça va tourner
« Allez allez rattrape-nous »
Mais vous allez trop vite !
« Tu freines pour aborder ton virage et tu accélère en sortant, vas-y »
Ben c’est ce que je fais mais euh enfin.
« Un bon coup de gaz allez, c’est pas un diesel ! »
Meh 😩

Cali tortue frustrée est bien contente de faire une pause. Une des autres élèves nous invite chez elle pour cette pause bien attendue, puisqu’elle habite pas loin. Voilà donc l’explication des petits bolides, la miss en tête connaît la route 😛

Chouette, on gare les motos dans un coin en pente et sur des pavés, comment dire… heureusement qu’Alex est galant (on va dire que c’est ça et pas l’instinct de protection des motos haha) et qu’il m’aide à me garer et à repartir correctement ensuite. Ma foi je me dis que c’est pas franchement un échec, plus tard ça ne me viendra pas à l’idée de poser la bécane dans un endroit pareil, je ferai autrement !

Sur le retour, j’essaie de me faire un poil plus confiance, de me détendre, et ça marche un peu mieux. Je reste la petite tortue 🐢 mais ça s’améliore, et les filles se font un peu remettre à l’ordre sur leur vitesse un poil excessive, alors ça me rassure un peu 😅

*

S’en suivent une ou deux autres leçons où je prends de plus en plus d’aisance et d’assurance, sans devenir une tête brûlée ^^
La pratique il n’y a que ça de vrai, et petit à petit je me fais confiance, et je fais confiance à la bécane, de sorte à atteindre un rythme plus correct. Cali la 🐢 se bouge le derrière !

*

Cet après-midi c’est avec Thierry que je pars, et deux « jeunes » apprentis motards, dans le sens où ils sont plutôt au début de leurs heures de conduite. Je ne le sais pas vraiment mais je m’approche carrément de l’examen et Thierry a donc en tête de me faire une sorte d’examen blanc. Lorsque c’est à mon tour d’être en tête, il se contente de me donner les directions. Contrairement aux garçons, où il indique la droite la gauche, donne des conseils, nous prévient, cette fois il me dit « on suit telle direction » et démerde-toi poulette ! 😅

Je me rends compte par la suite qu’il m’a laissée en autonomie de la sorte pendant une bonne demi-heure, ce qui correspond plus ou moins au temps d’examen. Bref, ça se passe bien, si bien qu’après la leçon il donne son feu vert pour poser une date.

Mi ravie mi tétanisée à l’idée, je fonce au bureau pour mettre ça en place.
Manque de chance, on est en plein dans la belle saison, les demandes affluent et les examinateurs sont en moins grand nombre. Pas de date dans les jours qui suivent, et mon code arrive à échéance…

Ben oui, au bout de 5 ans de permis, le code ne « compte plus » il faut le repasser pour pouvoir passer un autre permis ! Et peut importe si ce dit permis est déjà « en cours ».

Interlude code de la route 🤓

Bon ben, y a pas le choix, je m’inscris donc au code de la route. Mince alors, j’y retourne pas par plaisir faire ce machin ! Je n’avais pas vraiment galéré la première fois mais bon, c’est pas franchement passionnant…

Je prends un accès (payant mais correct) au code de la route en ligne via mon auto-école et je m’inscris en candidat libre avec la poste. Pendant quatre/cinq jours avant la date d’examen je potasse comme une petite folle. Je fais toutes les séries, les tests blancs, tout ! J’ai de très très bons restes, heureusement vous me direz 😛, mais aussi des incompréhensions dues à mon habitude de conductrice.

Mon compagnon en fait les frais, puisque je potasse aussi pendant qu’on s’appelle sur skype, et je m’arrête des fois pour commenter certaines questions : « mais enfin mais c’est pas logique. Nans mais dis moi si je suis folle, sérieusement, là – et je lui montre l’image via une impression écran – t’es d’accord, tu passes pas, faut être débile. Eh ben pour eux oui on passe ! Ils conduisent pas ces gens qui font les questions, non mais sérieusement ! »

Et quand ce n’est pas la logique de la circulation ce sont les fautes de français que je remarque… Oui, dans le code rousseau il y en a un bon paquet et cela m’exaspère ! Déjà que je dois le repasser ce fichu code, il est illogique et mal corrigé ! 😂

Bref, je finis par me présenter à l’examen. En cinq ans ça a sacrément changé, le projecteur et les télécommandes ont été remisés au placard. Maintenant c’est chacun son questionnaire sur une tablette avec le casque. Je me sens vieille 😂.

Eh bien je ne pensais pas, mais j’ai fait un carton plein ! Zéro fautes ! J’en revenais pas 😄😎

L’examen de circulation 🏍

Le code de nouveau en poche, je peux m’inscrire à l’examen de route. Et là il faut peu de temps pour décrocher une place, chouette !

Sans surprise, je me présente le jour J avec une boule au ventre terrible et le sentiment que je ne vais pas y arriver. Je dois donc me convaincre encore et encore façon méthode coué que je suis prête, et que mes moniteurs n’auraient pas donné leur feu vert dans le cas contraire.

Retour au centre d’examen où j’ai passé le plateau. Nous sommes quatre, nous allons passer deux par deux. L’examinatrice demande qui seront les deux premiers et nous sommes deux à nous porter volontaire spontanément.

Là où, à l’épreuve plateau, j’étais la dernière et contente de l’être, pour la route, je veux me débarrasser. Je stresse et je veux mettre cette examen derrière moi le plus vite possible !

Comme disait ma maman, ce qui est fait n’est plus à faire.

Je vais donc passer la toute première, mon camarade grimpe dans la voiture et je m’équipe. Comme pour les leçons, talkie à fond, test audio avec l’examinatrice, et vérifications si bien répétées durant les derniers cours : casque bien attaché, gants bien fixés, les bottes de motos, on allume, on vérifie que les phares fonctionnent… C’est un peu singé tout ça, on se sent un poil ridicule, puisque la moto de l’auto-école est bien entendu parfaitement entretenue, donc tout fonctionne. Mais ça fait partie de l’examen… 🤷

« Bien, on va y aller, dirigez-vous vers la sortie on vous suit. »

😱 J’ai chaud.

Bon ben, en route. On fait le tour du parking, pour sortir du centre d’examen, et c’est partit. L’examinatrice me donne les directions, à droite, à gauche, prochain carrefour tout droit, etc. Je suis en stress, je dois être toute crispée sur ma bécane, mais je me débrouille et je ne reçois jusqu’ici aucun commentaire.

Dans ma tête ça n’a pas beaucoup changé depuis l’examen plateau : « Tombe pas tombe pas tombe pas tombe pas » 😂

C’est un peu stressant et malaisant, ce type d’examen, on se sent épié et c’est le cas, et un poil infantilisé car coupé de la parole, on ne peut qu’écouter. Quand l’examinateur nous donne une direction on doit acquiescer en faisant oui du casque et on se sent un peu idiot. 😁

Vient le moment d’autonomie, l’examinatrice m’indique une direction et c’est à moi de la suivre grâce aux panneaux. Heureusement ce n’est pas trop compliqué et je ne me trompe pas.

Il faut savoir que se tromper de direction n’est pas éliminatoire, l’examinateur vous évalue sur votre conduite, et vous gagnerez plus de points à ses yeux si vous vous trompez de sens et que vous réagissez correctement (tant pis je continue, je reste dans ma voie, je me place correctement et je clignote correctement pour faire un tour de rond-point gratuit etc), que si vous suivez le bon chemin mais que vous commettez des erreurs de conduite pour le suivre.

Au final tout se passe très bien, je n’ai droit qu’à quelques remarques : j’ai quasiment fait un freinage d’urgence à un feu de travaux alors que j’aurais pu m’attendre à ce qu’il passe au rouge en évaluant mieux la situation ; Je me suis plantée de sortie au rond-point ; J’ai fait un changement de voie un poil tardif à l’approche d’un feu (mais en sécurité).

Bon, après coup je sais que ce n’était pas éliminatoire, mais sur le moment on balise sérieusement après ce type de remarque… Alors que les moniteurs nous en avaient parlé, et bien souvent les examinateurs font des remarques pour voir si on prend conscience des choses et qu’on corrige notre conduite en fonction. Si c’est le cas, il n’y a pas à s’inquiéter outre mesure.

Enfin, on tourne dans une petite rue et l’examinatrice me demande de rejoindre un parking. Il était sur la gauche je devais donc traverser la voie d’en face et une voiture arrivait, donc j’ai dû m’arrêter et redémarrer en tournant, avec le parking en montée. J’étais pas fière, je me disais « tombe pas maintenant c’est pas le moment t’as presque terminé !!!! » 😂

C’est idiot, j’avais dépassé le stade d’être maladroite sur ma bécane et j’étais capable de tourner mais bon !

Je m’arrête et je descend de la moto, toute tremblante. C’est bon, c’est derrière moi ! Ouf ! Je ne sais pas si j’ai réussi, mais je l’ai fait !

Nous avons terminé l’examen de mon acolyte futur motard, et je me suis félicitée de m’être proposée en premier. Quand on est à l’arrière pendant l’examen d’un autre, on entend tout, et l’examinatrice est très expressive. Les commentaires qu’elle fait au talkie sont la partie émergée de l’iceberg ! Si j’avais su ça avant de passer je n’aurais pas été très rassurée 😱.

Il me faudra attendre 48h pour recevoir les résultats, et croyez-moi, c’était long… L’angoisse, la peur d’avoir échoué, de devoir recommencer… Mon compagnon avait beau être confiant et optimiste comme à son habitude, il pouvait me dire ce qu’il voulait, dans ma tête c’était « Je sais pas je suis sûre de rien ! »

Et puis, après quarante-mille actualisations sur le site, le résultat s’affiche enfin ! 👏🏍🕺🎉

Et voilà ! Après trois mois de cours, des chutes, des peurs, des crise de nerfs, mais surtout des progrès, des rires, du plaisir, j’ai mon permis ! Me voilà motarde !
Une sacrée aventure, que je ne regrette absolument pas, et si vous aussi, vous souhaitez passer le pas, n’hésitez pas !
Peu importe le temps que cela vous prendra, ne lâchez rien, car au bout : le permis et le plaisir de rouler !

Ride Safe 🏍✌

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *