Notre Dame de la Mer – Rozenn Illiano

J’ai lu Notre Dame de la Mer, une novella autoéditée de Rozenn Illiano.

Comme pour beaucoup des livres que je n’ai pas achetés moi même, celui-ci m’a été offert par ma soeur.

Un livre qui lui tenait tout particulièrement à coeur de m’offrir et qu’elle a gentiment fait dédicacer par l’auteur, attention que j’adore.

Je me suis donc plongée au coeur de la Bretagne, tête la première, sans sortir de ce roman avant la fin.

 

 

 

Alors que sa grand-mère est hospitalisée, Nellig profite de devoir veiller sur la maison familiale pour s’accorder des vacances en Bretagne. Mais la demeure est hantée de souvenirs, de présences, d’échos d’enfance enfuie… et Nellig n’aime pas vraiment ça.

La nuit de la Toussaint, tandis qu’une tempête se fracasse sur les côtes et que les phares s’éteignent, pendant que d’anciennes légendes refont surface, le fantôme de son grand-père lui apparaît. Et il a un message à lui faire passer.

 

 

♣ Ma lecture ♣

► J’aime beaucoup le style de Rozenn. La narration, à la première personne, est à la fois élégante et familière. Parfois la manière de parler de Nellig me fait rire tellement je visualise la scène « […]c’est gribouille qui m’accueille. Il déboule comme un con et manque de me faire tomber,[…] ». D’autres fois, l’auteur me séduit avec sa façon poétique de retranscrire les émotions de Nellig « Des jours de tristesse au goût de sel. »

L’immersion est complète. Du style aux noms propres en passant par la météo, je me suis vue en Bretagne dès le départ. Rozenn s’approprie un mélange de mythes et légendes de cette magnifique région pour en faire une histoire complète et prenante. Le dépaysement est total, et pourtant, on s’y sent naturellement chez soi, dans cette histoire.

Petit chapeau (breton) bas à l’illustrateur Xavier Collette (en charge de la couverture), qui a beaucoup de talent et que je garde modestement dans un coin de ma tête pour un jour, peut-être, qui sait…

♣ En détails ♣

Du spoil sous forme de questions
→ Pourquoi une première née ? Je me demande vraiment s’il y a une raison particulière. Parce que ça fait bien ? Parce que ça sert à justifier l’écart d’années entre le sauvetage de Luciano et le retour de Nellig ? Pourquoi seulement maintenant alors ? Parce qu’elle a le même âge que Ligeia peut-être ?

 Pourquoi veut-elle quelqu’un à la base, au lieu d’une simple demande de pardon sincère ? Pour ne plus se sentir seule, par pure méchanceté, une vie pour une vie ? Je penche pour la première option. Ce qui m’amène à imaginer Nellig au fond de l’eau avec Ligeia, heureuses et paisibles, jusqu’au jour où Nellig, à son tour, sauvera un marin peu reconnaissant…

♣ Pour conclure ♣

Une très jolie plume avec une immersion totale dans l’univers breton et son folklore.
Rozenn a su s’approprier les mythes et légendes pour créer sa propre histoire.

Je recommande ce court roman, qui nous attire et nous berce autant que l’océan, jusqu’à ce que l’on ait terminé de le lire.

2 thoughts on “Notre Dame de la Mer – Rozenn Illiano

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *