Permis Moto #7

Crédit image : Freepik
Cours de plateau supplémentaires !

Examen Blanc 🏍

J’arrive à la moto-école sans trop savoir comment je vais me débrouiller. Mon homme a beau me rassurer tant qu’il le peut, je ne suis jamais satisfaite, et j’ai pas franchement l’impression d’être capable de réussir, même un examen blanc.

Bref. 🙄

C’est Cédric qui va jouer les examinateurs. Il me fait choisir une carte au hasard et cela tombe sur le parcours numéro 1⃣. Comme je ne les reconnais pas au chiffre, je ne sais pas lequel c’est ; lui, il me sort qu’il est content parce que c’est celui qui sera à l’ombre XD

C’est donc le parcours avec démarrage à droite. De toute façon, c’est les mêmes, au final.

On passe dans l’ordre de sa fiche, je me retrouve donc la dernière. J’essaie de ne pas regarder ni écouter les autres. Déjà, parce que ça risque de me stresser plus qu’autre chose, ensuite, parce que je ne fais pas ce que je ne souhaite pas qu’on me fasse. Plus il y a d’yeux braqués sur moi, plus je balise…

Si vous passez votre plateau, soyez sympa, ne fixez pas vos collègues. Laissez-les se concentrer. Deux paires d’yeux (l’examinateur et votre moniteur) suffisent largement !

Voilà mon tour à la poussette + vérif. J’y vais piano piano. Le stress me rendant un peu fébrile, j’ai très peur de faire tomber la moto. Je dois me repositionner pour bien viser la porte lors de la poussette en arrière, mais ça passe. Les vérifs aussi. C’est un petit 🅰 quasi cadeau, cette épreuve là. Suffit de ne pas se précipiter.

J’attends mon tour, je monte derrière l’un des garçons pour le parcours passager, puis vient le mien. Je teste un peu l’embrayage, qui est super près, mais je ne me rends pas compte que le frein est bien plus réactif que les bécanes habituelles… 

Cédric nous en a sorti une plus récente (pur hasard, il n’en a pas pris une de plateau pour qu’il y ait les rétros dessus). Du coup au premier essai je freine trop, je fais des acoups, je finis par m’arrêter… Il me dit de finir le parcours : ça permet de s’échauffer et il y a un second essai. Je le finis donc et je recommence, en faisant bien gaffe à y aller mollo avec le frein cette fois. Et ça passe ! Non sans stress, je termine, et semble choper un 🅰 sur ce second round !

On passe au rapide. La vitesse ça va, c’est le demi tour à droite qui n’est pas terrible terrible 😩. Je dois tenter le second round aussi, mais ça passe. Au final, une ribambelle de 🅰 !

Tout ça pour me planter aux fiches que je n’ai pas encore bien révisées, ça a le mérite de me donner la motivation de les bosser à fond ! 😅

Résultat des courses, je peux poser une date d’examen. Ce qui ne me rassure pas des masses… D’autant que les choses se précipitent, dès le lundi suivant je peux passer…

Lundi it is…

L’examen plateau 🏍

J’ai passé le week-end à osciller entre révisions de fiches via skype avec mon homme (MERCI) et chocottes intergalactiques.

En ce lundi matin, je balise comme une folle. Je dois me présenter à 13h au centre d’examen, à l’autre bout de Lyon, je pars donc vers 11h30.

J’essaie de ne pas trop montrer mon stress, pas la peine que ce soit contagieux. Je retrouve l’un des mecs qui était à l’examen blanc et on papotte de tout et de rien en attendant que ça commence.

L’examinteur a l’air sympa, c’est déjà ça 😅. Nous sommes quatre à passer aujourd’hui, je serai la dernière à nouveau.

Poussette vérifs :

J’y vais trèèèèèèès doucement. Et je répète dans ma tête : « doucement, respire, doucement, la fais pas tomber, c’est bon, caaaaaaalme, pffffff, la fais pas tomber !!! »

Finalement, je replace la bécane sans avoir à la repositionner. Bon, ça, c’est fait✔. Les vérifs se passent bien, je les connais, même si je me trompe de question au départ : « non mademoiselle je vous parle des freins », soit indiquer les liquides de freins, pas les feux stops… hum. Il est vraiment chouette, il doit sentir que je suis stressée. Il vérifie ensuite que mon casque est adapté, et me donne un 🅰.

Je me dis : « plus qu’un autre A, sans tomber ni erreur de parcours, et c’est bon »

Le lent :

Mes trois camarades réussissent. Je ne sais pas s’ils font les deux essais, comment ça se passe, je ne regarde pas. Toujours est-il qu’ils passent tous à l’étape suivante. Vient mon tour : je teste l’embrayage de la moto, le frein, c’est pas tout neuf tout neuf, ça devrait le faire.

Faux départ. Respire Cali, respire… 😤 L’examinateur me fait reculer pour repartir comme il faut, puisque je n’avais pas dépassé la première porte, je n’ai pas mangé mon premier essai bêtement. Vraiment sympa =) « allez, quand vous voulez », me dit-il avec un regard qui veut dire « DETENDEZ VOUS TOUT VA BIEN » 😅

Je prends donc une grande inspiration, je me répète encore que je sais le faire, que j’ai réussi à la moto école, qu’il n’y a pas de raison que ce ne soit pas le cas ici, et que dans tous les cas y a pas mort d’homme. ✊

 

Et ça passe ! Je ne sais pas combien de temps je fais, je m’en fiche, je fais au mieux, je passe les piquets, me dirige vers le demi-tour, m’arrête au bon endroit. Il me faisait peur ce demi-tour/redémarrage à droite, j’avais du mal à viser le bon point d’arrêt…

Une grande inspiration et je redémarre, en posant juste un pied entre les lignes et zouuuuh, vers mon passager.

Ils ont été sympas et ont fait monter le plus léger des mecs 😁

Je termine le parcours. 

« c’est un 🅰 mademoiselle » 

Un A, du premier coup, j’en reviens pas ! Je souffle. Mais c’est pas terminé.

J’ai mal au ventre… pourtant le stress le plus important c’était le lent, mais ça s’envole pas en trois secondes…

Je fais mon freinage d’urgence, c’est tout bon, je passe à l’évitement. Demi-tour à droite… Je tourne bien la tête, ça semble être ok, je n’ai pas débordé, ouf, je termine, et là, petite douche froide.

L’examinateur me montre ma vitesse, 45km/h, c’est juste juste, et en plus j’ai bougé un plot… 😱😖

Bon, on y va, je vais pas me faire éliminer sur ce fichu évitement alors que j’adore le faire en cours !

Je repars, gauche, droite, gauche, droite, gauche, demi-tour. Mince, je suis trop large, je sens que j’ai mangé la ligne, je ne sais pas si j’ai roulé dessus ou si je l’ai dépassée, tant pis :

« Cali tu finis, tu verras bien ce qu’il te dira, tu termines comme il faut, et advienne que pourra ! »

Je fais mon évitement, je m’arrête…

« Allez c’est bon mademoiselle, on passe aux questions »

FFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFF MERCI MERCI MERCI 😓🤝

Comme je suis la dernière, Ludo, notre moniteur, me dit de remettre la moto sur sa place. Quand je passe à côté il me dit :

« Il a été sympa hein..

– Le demi-tour, oui, je l’ai senti. Hem hem. »

Vraiment, vraiment très chouette. 👍

Comme quoi, ils ne sont pas là pour nous aligner… J’ai fait un demi tour nickel sur le premier coup, j’ai eu que des A jusque-là, réussi mon évitement, il a certainement jugé que je maitrisais suffisamment ma moto. =)

Je suis bien plus sereine pour les questions, j’ai vraiment bossé, et ça passe tout seul. Il ne me laisse même pas finir de tout énumérer, semble juger que je les connais bien et que j’ai compris ce que je disais.

« C’est bon mademoiselle, vous avez votre plateau 👍 »

Je l’ai remercié vivement, énorme sourire.

J’ai fait trois fois le tour de la voiture en sautillant, avec mon homme au téléphone : « C’est fait, c’est derrière moi, j’ai mon plateauuuu, j’ai mon plateauuuuu » 🕺🏍💜

J’ai mon plateau 😊

Je vous donne rendez-vous la semaine prochaine pour la suite et fin des mes aventures de bébé motarde !

Ride Safe 🏍✌

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *