Beautiful Bastard – Christina Lauren ♦Tome1♦

‼ Roman pour adulte ‼

Je viens tout juste de terminer le premier tome de cette saga de Christina Lauren, tome intitulé Beautiful Bastard. J’avais entendu parler de ce livre via plusieurs vidéos de booktubeuses, des blogs. Bref, cette suite de romans érotiques n’est pas inconnue de la sphère blogueuse livresque et jouit (remarquez le choix de vocabulaire) d’une grande popularité. J’étais pour autant très sceptique, ayant totalement échappé de façon volontaire au fanatisme Fifty Shades-ien.
Entendez par là que si je n’avais pas dégoté ce livre pour la modique somme d’un euro, il n’aurait probablement jamais rejoint ma bibliothèque, ayant bien d’autres envies livresques avant de dépenser mes petits économies dans de l’érotique en vogue.

9782266243261L’esprit vif, bosseuse et volontaire, Chloé Mills n’a qu’un seul problème, son patron : Bennett Ryan. Exigeant, direct, dépourvu de tact, ou d’une quelconque considération à l’égard d’autrui, il est absolument… irrésistible. Un salaud magnifique. Bennett retourne à Chicago après avoir séjourné en France pour jouer au sein de l’entreprise familiale qu’il dirige, un grand groupe de media, un rôle de premier plan.
Rien ne laissait supposer que son assistante chargée de l’aider à distance lorsqu’il était à l’étranger, puisse se révéler être, cette sublime créature – dotée d’une innocence toute provocatrice et absolument exaspérante – avec laquelle il allait désormais devoir travailler chaque jour. Malgré sa réputation, Bennett n’est pas du genre à entretenir une aventure sur son lieu de travail. Mais Chloé est si séduisante qu’il envisage de faire une entorse à la règle – pour ne pas dire, la faire complètement voler en éclats – si c’est le seul moyen pour lui, de la conquérir, de se l’approprier, de la posséder.
Alors que désir et attirance mutuelle ne cessent de croître jusqu’à un point limite, de non-retour, Bennett et Chloé doivent décider exactement ce qu’ils sont prêts à perdre ou à sacrifier, pour continuer à s’auto-posséder, l’un l’autre sans répit.

J’ai donc commencé ce livre avec un énorme scepticisme, hier midi, avant de déjeuner. J’ai fait une vingtaine de pages avant de trouver qu’il faisait incroyablement chaud pour un jeudi midi au temps maussade et de reposer l’ouvrage sur la pile de livre derrière mon siège.

– Ce n’est pas l’heure pour lire ça, on va attendre ce soir hein.

J’ai repris le livre et lu une centaine d’autres pages avant de devoir interrompre à regrets ma lecture jusqu’au soir. Ce matin, tandis que le grille-pain refroidissait, je me suis empressée de finir les 40 dernières pages qu’il me restait à lire sur les 314. Faut-il vraiment que je vous dise si ce livre m’a plu ?

♦ Les Plus ♦

  • On n’a pas le temps de souffler. Pas de romance à deux ronds, pas d’introspection à la con sur des personnages dépressifs ou torturés. C’est chaud, ça bouge, ça s’en met plein la tronche verbalement et physiquement et c’est franchement entraînant.
  • Les personnages sont forts. Ce ne sont pas des pauvres êtres à l’histoire tragique et aux problèmes multiples justement. Il n’y a rien à « fixer » chez eux, ils sont forts, autonomes, ils ont tous deux du caractère. Ce sont eux qui portent l’histoire à ce rythme insatiable, pas une intrigue dont tout le monde se ficherait dans ce type de roman.
  • La relation (ou absence de) est ce qui porte le roman. Rien d’autre.
  • L’écriture est très chouette, j’adore les romans écrits avec deux narrations (on alterne entre Chloé et Bennet, les deux protagonistes). Et c’est écrit au présent, owi owi ♥.
  • Cela a beau être une saga, le tome 1 se suffit largement. J’ai envie de lire la suite parce que je sais qu’il y en a une, et que ça promet si c’est comme le premier tome. Mais il n’y aurait pas eu de suite, je ne serais pas restée sur ma faim. Il y en a une, de fin.

♦ Les Moins ♦

  • La première partie de jambes en l’air m’a semblé un peu caricaturale et a failli me faire décrocher. Mais cette déception (encouragée par mes à priori) n’a pas duré.
  • Euh. C’est tellement chaud par moments (en fait toutes les 10 pages) que c’est difficile à lire dans un endroit public sans rougir des pieds à la tête ? Enfin c’est sans doute moi hein je sais pas, mais je serais incapable de lire ça dans la salle d’attente du médecin ou pendant la pause déjeuner devant kevin le stagiaire (Situation fictive, aucun kevin connu, ndla).
    Oui je sais ce n’est pas un vrai « moins », on s’y attendait en lisant de la littérature érotique. Mas bon voila, faut trouver un peu de négatif.

♣ Pour conclure ♣

Très agréable surprise pour ce roman qui joue très bien son genre. C’est chaud, c’est même brûlant, sans tomber dans le vulgaire (quel est l’équivalent du gore en sexe ? Le porno ?). Il n’y a pas spécialement d’histoire et pourtant on ne parvient pas à stopper sa lecture. On entre dans un quotidien raconté au jour le jour qui n’a rien d’ennuyeux, au contraire ce roman est d’un dynamisme incroyable. L’auteur réussit à nous accrocher et nous passionner du début à la fin, sans nous essouffler (mais j’avais quand même les joues rouges).
Une jolie réussite !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *