La sélection – Kiera Cass ♦Saga♦

Dimanche soir, j’ai terminé le dernier tome de cette belle saga qu’est La Sélection. Il était temps, après avoir passé des nuits blanches à lire chaque tome, pendue à la fin pour tomber trois fois sur cinq sur un cliffhanger.

Trois cent ans ont passé et les États-Unis ont sombré dans l’oubli. De leurs ruines est née Illea, une monarchie de castes. Mais un jeu de téléréalité pourrait bien changer la donne.
Elles sont trente-cinq jeunes filles: la « Sélection » s’annonce comme l’opportunité de leur vie. L’unique chance pour elles de troquer un destin misérable contre un monde de paillettes. L’unique occasion d’habiter dans un palais et de conquérir le coeur du prince Maxon, l’héritier du trône. Mais pour America Singer, cette sélection relève plutôt du cauchemar. Cela signifie renoncer à son amour interdit avec Aspen, un soldat de la caste inférieure. Quitter sa famille. Entrer dans une compétition sans merci. Vivre jour et nuit sous l’oeil des caméras… Puis America rencontre le Prince. Et tous les plans qu’elle avait échafaudés s’en trouvent bouleversés…
Tout jeu comporte des règles, et les règles sont faites pour être transgressées.

Plus j’avançais vers la fin, plus je voyais l’épaisseur des pages restantes se réduire et plus je me disais « mais, comment va-t-on avoir toutes les réponses à nos questions, m’enfin, y a plus de place ! ». Et pourtant si, les réponses nous les avons, et sans bâcler.
Cette saga reste pour moi une très belle aventure. Une dystopie mêlée de romance (qui ne dégouline pas de baisers mouillés), agrémentée d’un peu de royauté et sa politique. C’est une histoire intéressante qui renferme suffisamment de bouleversements et retournements de situation pour nous tenir en halène.
J’ai tellement accroché au personnage d’America, que j’ai été déçue en lisant la quatrième de couverture de « l’héritière ». Je n’étais pas prête à abandonner ce personnage principal (d’autant qu’Eadlyn se révèle assez particulièrement agaçante). Mais je ne regrette pas d’avoir donné sa chance à la suite du tout.

♦ Les plus ♦

  • L’univers. Une dystopie royale, que nous découvrons avec les yeux d’une demoiselle de caste inférieure, ce qui est toujours la solution gagnante pour présenter un univers, que d’y plonger un outcast.
  • Les personnages principaux ont des défauts. Oui, parfois on les trouve idiots, orgueilleux ou têtus, même agaçants. Et c’est vraiment très agréable, de ne pas vénérer tout le monde.
  • Les enjeux politiques, qui pourront sembler très simplistes pour certains, mais apportent une réelle problématique dans l’histoire à mon sens. J’étais tout aussi intriguée par la tournure de la situation à ce sujet que par qui allait finir avec qui.
  • Les retournements de situation. Chaud, froid, blanc, noir. Les avis changent dans toutes les directions. Et même si on se retrouve souvent à terminer sur ce que l’on avait prédit, on passe par des chapitres entiers de doute sur nos prédictions.

♦ Les moins ♦

  • Les personnages secondaires sont peu développés. Les autres membres des Sélections, les domestiques, les dirigeants, peu sont vraiment détaillés tant dans leur physique que leur caractère. C’est dommage car cela nous amène plus rapidement vers des prédictions assez justes. Puisque, qui ne sert pas vraiment à l’histoire, reste un personnage très flou.
  • La traduction. oui cela n’est pas un point négatif sur l’histoire, mais les éditions Robert Laffont doivent changer de traductrice. Les temps sont mauvais, il y a parfois des problèmes de concordances, j’ai relevé des coquilles (plusieurs) dans chaque tome. J’ai remarqué la différence en changeant d’édition au milieu (j’avais commencé chez France Loisirs) et cela m’a presque gâché ma reprise de lecture. Heureusement que l’histoire me tenait suffisamment en haleine pour m’habituer à cette traduction bancale.
  • Même si cela est assez bien réalisé, certains passages sont parfois évoqués en trop peu de pages. Les étoffer n’aurait pas été un si grand luxe à mon sens.

Bien entendu, ayant tellement apprécié cet univers, je n’ai pas pu me résoudre à le quitter si facilement. J’ai donc foncé chez tous les libraires et grandes surfaces de la ville avant de dévaliser internet, pour trouver les deux hors séries « Histoires Secrètes ». L’un le lundi, l’autre le mardi. Voila pourquoi cette chronique ne sort qu’aujourd’hui.

♦ La Reine & la Préférée ♦

→ Ces deux nouvelles m’ont réjouie, déjà car j’étais plus que ravie de découvrir un aspect de la vénérée reine Amberly, mais que j’avais hâte de retourner à l’époque d’America dans la seconde nouvelle. C’était comme retourner à la maison après de longues vacances. On retrouve ses marques, ça sent bon chez soi.
→ Voir la sélection de la Reine Amberly est vraiment très appréciable, cela présente les choses sous un tout nouvel angle et j’aurais aimé en avoir plus. Si seulement nous avions pu avoir deux autres tomes sur cette sélection là…
→ La seconde nouvelle sur Marlee était juste parfaite, ni trop longue, ni trop courte, assez pour répondre aux questions que l’on se pose lors de la lecture du troisième tome.

♦ Le Prince et le Garde ♦

Une fois encore, j’ai préféré la première nouvelle, celle-ci concernait Maxon. J’ai découvert grâce à cette nouvelle d’autres traits de sa personnalité, de son intimité, de sa vie avant et au tout début de la sélection. J’ai tellement apprécié cela que j’aurais adoré avoir trois nouveaux tomes sur la sélection du point de vue de Maxon !
→ En revanche pour la nouvelle du point de vue de l’officier Léger alias Aspen, j’ai été presque déçue, en tout cas je m’attendais à ce que ce soit plus laborieux. Je n’ai pas beaucoup apprécié Aspen dans la saga, dès le départ (Il m’a fait l’effet d’un Gale de Hunger Games). J’espérais au moins avoir des détails sur sa vie quotidienne et… son histoire dans le tome trois (comprendra qui a lu haha). Mais non, très peu de détails quotidiens, à peine un début d’approche sur l’histoire en question. J’avais juste le sentiment de me retaper la sélection, encore sous un autre angle, un angle assez terne de surcroît.
→ Enfin, les petits détails et questions réponses ajoutés à la suite des nouvelles sont sympathiques.

♣ Pour conclure ♣

Cette saga m’a vraiment captivée. Le principe, bien que très largement inspiré de systèmes politiques bien réels à certaines époques, est très bien aménagé. J’ai adoré suivre chacun des personnages (certains plus que d’autres). J’aurais aimé en savoir plus, je n’aurais pas dit non à d’autres tomes encore. Une suite à l’histoire d’Eadlyn peut-être, un retour en arrière sur un bout d’enfance de Maxon ou une partie de son règne après la sélection.
Je suis restée sur ma faim, pas dans un mauvais sens, dans le sens ou tout était suffisamment complet, mais que c’était si captivant qu’il m’en aurait fallu plus.
J’ai été absorbée par l’univers et je suis bien contente d’avoir eu les deux hors séries pour débuter mon « deuil ». Je pense que c’est une des rares sagas que je relirai peut-être à l’avenir (rien que de lire les nouvelles m’a donné envie de me replonger dans les trois tomes sur America…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *